Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 21:46

Edgecombe, petite ville paisible de Nouvelle-Angleterre, est secouée par le meurtre aussi brutal qu'inexpliqué d'un adolescent, retrouvé étranglé près de la voie ferrée. Ses amis sont sous le choc : qui pourrait s'en prendre ainsi à un garçon sans histoires ? Et pourtant, des histoires, ils vont s'en attirer, eux aussi, à commencer par les ennuis que leur causent les deux loubards du quartier.

 

Alors qu'un autre de leurs amis disparaît mystérieusement au cours d'une banale partie de paint-ball près d'une cimenterie désaffectée, Sean et sa bande déjouent le couvre-feu instauré par les autorités et tombent, par le plus grand des hasards, sur un ancien grimoire rongé par le temps.

 

Inconscients du danger qu'ils encourent, les adolescents se mettent à étudier d'un peu plus près ce vieux livre qui semble rempli de formules magiques. Autour d'eux, les disparitions d'enfants se multiplient, les éléments se déchaînent, d'étranges individus aux yeux perçants se mettent à rôder... C'est sûr, Sean et ses amis ont réveillé sans le vouloir quelque force maléfique. Mais ils n'imaginent pas encore à quels dangers ils s'exposent...

 

 

Maxime Chattam fait partie, depuis une dizaine d'années maintenant, de ces auteurs que les éditeurs n'hésitent pas à publier les yeux fermés, tant le moindre de leurs ouvrages se transforme en best-seller. Et quand l'auteur n'écrit pas assez vite pour satisfaire l'appétit du public, rien de plus simple : l'éditeur se rabat sur les œuvres de jeunesse publiées dans d'obscures maisons d'édition, voire à compte d'auteur. De toute façon, le livre se vend rien que sur le nom de l'auteur, peu importe sa qualité littéraire.

 

C'est ainsi que Le 5e règne, premier roman de Maxime Chattam, au succès confidentiel, a été réédité chez Pocket, où il a connu un bien meilleur destin. Tant pis pour les éventuelles faiblesses de l'intrigue ou le manque d'épaisseur des personnages : il s'agit là d'erreurs de jeunesse bien pardonnables, nous assure l'auteur lui-même dans sa préface, puisque c'est bien connu, on n'est jamais mieux servi que par soi-même...

 

Las ! Ne voit-il donc pas que ce roman d'épouvante (on ne peut pas vraiment le qualifier de thriller, tant le paranormal y tient une place prépondérante), bourré de coquilles et tellement rempli de grossières fautes de syntaxe qu'on le croirait traduit de l'anglais, repose sur une intrigue si pauvre qu'elle aurait pu être écrite par un collégien ? La jeunesse n'excuse pas tout, cher Maxime Chattam, et si vous avez connu un succès mérité pour votre Trilogie du Mal, ce premier roman, pourtant récompensé par le festival de Gerardmer, n'aurait jamais dû être réédité.

 

Rien n'est en effet à sauver dans ce polar, ni le style, grossier, ni l'intrigue, rocambolesque et prévisible, ni les personnages, stéréotypés au possible (avec des méchants très très méchants et de gentils adolescents bien naïfs) ou trop peu développés pour susciter l'intérêt (le shérif et l'agent du FBI sont ainsi complètement laissés de côté, au profit de cette bande d'ados caricaturale, avec le petit gros trouillard, le bad boy qui séduit la petite intello, la rebelle bourrue mais sympathique...). Ne parlons même pas des dialogues, aussi artificiels et creux que ceux d'une série B.

Un roman parfaitement dispensable, donc, surtout si l'on souhaite conserver une certaine estime pour l'auteur, et ne pas le juger sur cette histoire invraisemblable truffée de fautes d'accord, de facilités scénaristiques et de maladresses stylistiques. 1 étoile

 

Découvrez aussi, du même auteur :

L'âme du Mal, In Tenebris, Maléfices et La Théorie Gaïa

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet
commenter cet article

commentaires

Allan Dustry 03/10/2015 22:24

Chère Elizabeth, rien que la lecture de vos critiques vaut celle d'un des meilleurs romans! Vous avez le trait juste et le style enlevé. Continuez, vos admirateurs de l'ombre vous estiment beaucoup.
Mes hommages,
Allan

Elizabeth Bennet 04/10/2015 12:52

Merci, très cher Allan !

Quel dommage que je n'aie pas le temps de publier davantage de critiques ! Patience, les vacances approchent...

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche