Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 11:53
Blanche, jeune fille timide et solitaire, admire en secret Christa, la fille la plus populaire de l'université, belle, brillante, au charme irrésistible, toujours souriante, drôle et audacieuse. Lorsqu'un jour, contre toute attente, Christa se tourne vers elle et entreprend de devenir son amie, Blanche n'ose y croire. Par reconnaissance et générosité, elle n'hésite pas à tout lui donner, et elle va jusqu'à l'héberger chez elle pour lui épargner de longs trajets en train, car la jeune fille vient d'un milieu très modeste et n'a pas les moyens de se payer un pied-à-terre en ville. Très vite, Christa séduit les parents de Blanche, qui l'adorent, parfois même au détriment de leur propre fille, qui devrait selon eux prendre exemple sur Christa, si épanouie et si jolie. Mais Blanche va bientôt comprendre dans quel piège elle est tombée malgré elle : la jeune fille qui l'a choisie pour amie l'a avant tout choisie pour victime, car c'est en réalité une froide manipulatrice qui a besoin d'affirmer sa personnalité en martyrisant quelqu'un d'autre. Dès lors, Blanche n'a plus que deux possibilités : se laisser anéantir sans protester et sans compter sur l'aide de ses parents, ou réagir et se défendre...

S'il y a une vérité bien connue dans le monde littéraire, c'est que le nombre d'exemplaires vendus ne reflète pas souvent la qualité d'un écrivain : en témoignent les Marc Lévy, Guillaume Musso, Anna Gavalda et tant d'autre en tête des ventes mais qui à eux tous ne vaudraient jamais un Camus, un Céline ou un Gide. La règle se confirme avec Amélie Nothomb, idolâtrée sans aucune raison, ou alors plus pour le mystère qu'elle entretient que pour ses talents littéraires. Une fois de plus, l'idée de base du roman semble intéressante, mais plus on avance dans la lecture, plus on s'afflige de ce style épouvantable et bâclé, plus les personnages nous semblent creux et caricaturaux (la fascination des parents pour la "méchante" manipulatrice qu'est Christa est exaspérante) et moins on comprend l'engouement du public pour l'auteur. A coup antéchristade petites phrases assassines et de formules toutes faites, les deux héroïnes se combattent en permanence, dans un duel lassant et prévisible mettant aux prises la vierge martyrisée et la tentatrice séduisante à tendances saphiques (ben voyons...).  Tout dans ce roman semble incohérent, à commencer par les deux jeunes filles qui se retrouvent en fac à seize ans à peine, leurs rapports qui reflètent bien plus la vision inquiétante et biaisée qu'a l'auteur des relations entre adolescents que la réalité, ou encore la psychologie des personnages au manichéisme effrayant (la bien-nommée Blanche contre Christa le faux Messie)... Sans parler de la fin, inepte au possible ! Rien à sauver de ce roman insipide, si ce n'est peut-être sa brièveté (d'ailleurs Amélie Nothomb a sans doute écrit ce livre en autant de temps qu'il en faut pour le lire, c'est-à-dire à peu près une heure), fort appréciable, qui permet de le finir rapidement et de le jeter aux ordures pour se consoler avec une véritable oeuvre littéraire. En tout cas, succès populaire ou pas, on ne m'y reprendra plus : après de nombreuses tentatives pour comprendre l'intérêt de cet auteur, j'abandonne ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Mark Darcy 11/01/2010 19:14


Très chère Elizabeth.
Je me demande si vous n'avez pas lu Amélie Nothomb dans le seul but de la briser en morceaux. Rassurez-moi, il n'y a pas de critique de Beigbeder prévue?
C'est toujours un plaisir de lire vos critiques acerbes, mais pleines d'humour.

Au plaisir de vous lire encore!
Mark.


Elizabeth Bennet 12/01/2010 09:57


Cher Mark,
Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas dans mes habitudes de lire un roman dans le simple but de le dénigrer. C'est d'ailleurs pour cela que je n'ai pas l'intention de lire le dernier Beigbeder !
Bien à vous
EB


Allan Dustry 05/01/2010 22:15


Comme vous y allez, ma chère! Mais je vous rejoins, j'avais trouvé ce roman caricatural au possible!
En tout cas, vous y allez de moins en moins avec le dos de la cuiller! Très bien, on n'a pas besoin d'interpréter vos jugements peu diplomatiques mais fort bien argumentés.
Et tous mes voeux à vous et votre blog qu'on ne se lasse pas de lire!
Allan


Elizabeth Bennet 07/01/2010 14:06


Ravie de voir que vous n'appréciez pas non plus cette littérature industrielle et, comme dirait l'autre, "culinaire". Mon avis est d'autant plus tranché que j'avais bien aimé Stupeur et Tremblements, mais il semble bien que ce soit là un exploit unique dans la carrière littéraire d'Amélie Nothomb.
Meilleurs voeux à vous également,
EB


Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche