Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 11:34

Kath, Ruth et Tommy, trois amis unis depuis leur plus tendre enfance, ont grandi à Hailsham, dans les années quatre-vingt-dix : Hailsham, une école idyllique, perdue au coeur de la campagne anglaise, où ils ont reçu une instruction très complète, avec sport, peinture, poésie et éducation sexuelle en plus des cours traditionnels, ce qui leur a permis de devenir ce qu'on pourrait appeler des "personnes accomplies". Pourtant, dès leur plus jeune âge, on leur a inculqué l'idée selon laquelle ils étaient différents des autres, de leurs "gardiens" notamment. Pour cette raison, leur bien-être est essentiel à la société dans laquelle ils devront entrer un jour, afin d'accomplir leur devoir : faire des "dons" aux autres, et "terminer" après le troisième ou le quatrième don, si tout se passe bien. Kath, Ruth et Tommy, malgré cette sombre perspective, grandissent sereinement, et leur amitié s'accroît de jour en jour. Pourtant, ils n'ont pas toutes les réponses aux nombreuses questions qui les préoccupent : qui sont-ils réellement ? quel avenir les attend, en-dehors des dons ? pourquoi ne peuvent-ils pas avoir d'enfants ? pourquoi leur développement personnel est-il si important pour les "gardiens", et pour cette étrange femme, surnommée "Madame", qui vient régulièrement leur rendre visite à Hailsham pour emporter leurs plus belles oeuvres d'art ? Autant de zones d'ombre qui ont laissé bien des marques sur leur personnalité, et Kath, une fois adulte, découvre que cette enfance apparemment heureuse a en réalité compromis leur vie d'adulte et leurs relations avec les autres et le monde...

 

Kazuo Ishiguro nous avait déjà séduits avec Les Vestiges du Jour, et avec ce nouveau roman, il nous éblouit. Nous voici devant un roman qui ne laisse certes pas indifférent, tant par son intrigue mystérieuse, qui se dévoile petit à petit, au fil des découvertes et des interrogations des héros, que par les questions qu'il soulève : comment se construire dans la différence et l'adversité, lorsque l'on sait qu'on est condamné à ne pas vivre comme les autres ? Jusqu'à quels actes de  cruauté les progrès fulgurants de la science peuvent-ils nous pousser ? Comment encadrer aupres-de-moi.jpgde façon éthique les dons d'organes (et le reste, mais je vous laisse le découvrir dans le roman) ? Avec un groupe d'amis qui évolue peu à peu en triangle amoureux, Ishiguro nous donne à voir trois jeunes gens pas tout à fait comme les autres, à l'avenir plus que sombre et qui pourtant ne se révoltent jamais contre ceux qui les asservissent et les exploitent. Car c'est peut-être ce qui dérange le plus dans ce livre, et ce que lui reprochent souvent ses détracteurs, qui feraient mieux de retourner voir The Island, film traitant du même sujet mais où les héros cherchent à échapper à leur destinée : ces jeunes gens condamnés à mourir après avoir fait don de leurs organes ne remettent jamais en question leur rôle, et acceptent avec une étonnante passivité la terrible tâche qui leur incombe, ce qui fait, par contre-coup, réagir le lecteur, qui, lui, se révolte et s'interroge à la place des personnages, sur ce monde absurde où l'on utilise des hommes et des femmes différents pour soigner l'humanité. On peut également se trouver mal à l'aise devant les réactions ou les pensées des personnages, qui semblent parfois étonnantes, voire inquiétantes, tant certaines de leurs paroles nous semblent dénuées de logique, ou du moins répondant à une logique qui nous échappe en partie. En réalité, ce ne sont pas les héros qui sont absurdes, ni même leur triste existence, mais bien cette pratique ignoble qui les condamne à ne jamais vivre normalement. Un roman d'anticipation particulièrement émouvant et écrit avec beaucoup de finesse et poésie. On est à chaque page un peu plus envoûté par le style magique de Kazuo Ishiguro, qui nous entraîne dans cette histoire passionnante et abordant des thèmes si délicats. Et pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus, ce très beau livre vient d'être adapté au cinéma, sous son titre original, Never let me go, avec Keira Knightley dans le rôle de Ruth. A voir donc, et à lire.   4 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche