Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 09:32
L'histoire se déroule dans la Chine de la Révolution culturelle. Mao a décidé de faire "rééduquer" tous les jeunes "intellectuels" de la ville en les plaçant à la campagne afin qu'ils apprennent la vraie vie. Le héros et son ami, Luo, sont envoyés dans la montagne, bien qu'ils ne soient pas vraiment des "intellectuels" : leurs parents sont considérés comme des opposants au régime, ce qui ne leur laisse que "3 chances sur mille" d'être un jour renvoyés vers la ville. Après le désespoir qui suit leur arrivée dans un monde à mille lieues du leur, Luo et son ami font la rencontre d'une jeune fille, la Petite Tailleuse, comme on l'appelle dans la région. A la même époque, ils découvrent qu'un de leurs amis, le Binoclard, qui effectue sa "rééducation" dans un village proche du leur, possède une valise remplie de livres interdits, sans doute de romans occidentaux. Le jour où le Binoclard accepte, contraint et forcé, de leur prêter Ursule Mirouët de Balzac, leur vie va basculer...

      
          Un roman agréable à lire, court, et qui a le mérite de faire de Balzac un moyen de résistance à l'oppression intellectuelle qui sévissait dans la Chine maoïste. Les situations sont souvent décrites avec humour, notamment le choc des gens de la ville contre ceux des campagnes, lors de l'arrivée de Luo et de son ami (belle réutilisation d'une sonate de Mozart au profit de l'idéologie maoïste !), ou lorsqu'ils entreprennent de traiter la dent cariée du chef du village au moyen d'une machine à coudre (une belle scène de cruauté...). Les personnages sont évoqués avec une tendresse particulière, et l'on suit avec délices leur découverte de la littérature occidentale, Balzac, Hugo, Dumas... Un joli livre en somme, qui pèche parfois par un excès de naïveté, mais empreint de poésie. Le style est fluide et espiègle, et le dénouement surprenant, mais vraiment touchant, avec une utilisation inattendue de Balzac comme vecteur d'émancipation féminine chinoise... Un livre aussi doux qu'une friandise, qui se laisse dévorer d'une seule traite, et qui laisse un arrière-goût délicieux en bouche. Une ode à la lecture qui vaut le détour !

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche