Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 20:51

Lorsqu'il reçoit une confirmation de réservation pour un hôtel de Chamonix, Eric Lannester, commandant de la police criminelle de Paris spécialisé en profilage, croit à une erreur : il n'a aucune intention de partir en vacances, et encore moins à la montagne, d'autant que cela l'obligerait à s'éloigner de sa psy, de son chat, Walesa, qui est en fait une chatte, et surtout de sa petite amie, Léo. Mais il n'est nullement question de vacances : Lannester est envoyé pour enquêter. En quelques mois, plusieurs jeunes filles ont disparu dans les environs de Chamonix. Toutes souffraient d’anorexie mentale et étaient soignées dans une prestigieuse clinique spécialisée dans les troubles alimentaires. L’enquête menée par la gendarmerie n’ayant rien donné, les familles des victimes, désemparées, réclament l’intervention du commandant Lannester. Le voici donc dépêché sur les lieux avec son équipe de criminologie analytique, chargée de reprendre toute l’enquête pour établir un profil. Mais comment faire, lorsqu'il n'y a pas de corps, pas de scènes de crimes et donc, potentiellement, pas de meurtre ?

 

D'emblée, ce roman attire par son titre en forme de petite annonce, titre mystérieux qui ne révélera son double sens qu'à la toute fin, avec une jolie trouvaille. L'écriture est tout de suite vive et agréable, avec une pointe d'humour désabusé qui colle cherche_jf.jpgbien au personnage de Lannester, récurrent sous la plume de Françoise Guérin. L'intrigue est originale et s'intéresse à un sujet difficile à traiter sans tomber dans l'excès : les troubles alimentaires à l'adolescence. Néanmoins, et c'est un reproche qu'on pourrait adresser au roman dans son ensemble, ce thème est traité de façon un peu trop psychologisante (ce qui est logique, puisque l'auteur est psy) et par conséquent crée des digressions et des longueurs superflues, que l'on retrouve dans les conversations entre le héros et sa psy, parfaitement inutiles et ennuyeuses. A titre d'exemple, les jeunes disparues souffrent toutes d'anorexie mentale, qui équivaut à ce que le grand public appelle simplement l'anorexie, mais l'explication du terme médical intervient très tard dans le roman. Par ailleurs, le choix d'un polar à l'ancienne est plutôt agréable et audacieux, au moment où les auteurs les plus en vue rivalisent dans le glauque, le macabre et le sordide. Et même si le profilage, qui est censé être la spécialité du héros, reste finalement peu exploité, l'ensemble est assez rafraîchissant et le travail des enquêteurs, gendarmes et policiers, est bien rendu, avec une recherche d'authenticité manifeste. Cependant, le principal défaut du roman est son manque de rythme : force est de constater qu'il ne se passe rien durant les deux premiers tiers du roman, tandis que le dénouement est quasiment bâclé et laisse le lecteur sur sa faim. Un déséquilibre qui désavantage donc énormément ce polar de facture classique, bien construit et aux personnages complexes et fouillés, mais trop long et assez dérangeant vers la fin, ce qui risque de rebuter les lecteurs les plus sensibles.  3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche