Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 22:20
Un homme se réveille un matin, désorienté, dans une chambre inconnue. Sur le bureau, une série de portraits en noir et blanc, deux manuscrit, un carnet et un stylo. Mais cet homme, qui sera appelé Mr Blank jusqu'à la fin du récit, ne sait même plus qui il est. Il ne sait pas non plus s'il est enfermé dans cette chambre ou non, et pourquoi. Et qui est cette Anna, qui lui parle d'un traitement et de comprimés à prendre, et en même temps d'amour et de promesses ? Qui sont tous ces gens qui viennent lui rendre visite et lui reprochent de les avoir envoyés dans de mystérieuses et dangereuses missions, aux quatre coins du monde ? Et d'ailleurs, dans quel monde vit-il ? Pourquoi la fenêtre aux volets clos est-elle condamnée ? Depuis combien de temps est-il dans cette chambre ? Pourquoi est-il pris de vertiges, de nausées et de tremblements ? Et surtout, pourquoi n'arrive-t-il à se souvenir de rien ?

Un roman aux confins du fantastique et de la science fiction, qui s'attache au thème de l'inquiétante étrangeté où s'enracine l'oeuvre littéraire de Paul Auster. Ce dernier signe ici un excellent roman et nous livre une variation originale sur la relation du romancier et de ses personnages, qu'il parvient à mettre en parallèle avec une interrogation sur les responsabilités de l'Amérique contemporaine face à l'Histoire. Roman magistralement construit, qui nous place dans un univers mystérieux aux côtés d'un personnage affecté d'amnésie, entre autres troubles. La double réflexion est menée si subtilement qu'elle passe inaperçue au début, mettant peu à peu l'auteur face à ses responsabilités et l'Amérique moderne face à ses propres contradictions, elle qui n'a pas hésité à faire la guerre sous couvert d'humanisme ou de légitime défense. La mise en abyme du manuscrit est très bien réalisée, surtout lorsque Mr Blank entreprend, dans la seconde partie, de continuer sous nos yeux l'histoire inachevée... Le dénouement est superbement amené, les personnages intrigants, le style agréable, avec des pointes d'humour (notamment sur la vieillesse) remarquables. Un livre qui donne envie de s'attaquer à la Trilogie new-yorkaise du même auteur, rien que pour retrouver ce mystère et ce jeu sur les différents niveaux de lecture. Une belle découverte !

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

pampa 29/11/2009 14:43


Génial effectivement ce In the Scriptorium,à le lire on se sent aussi cloîtré que le narrateur ! Celui dont je te parlais c'est The book of illusions, très poignant parce que ça commence par le
dégoût de la vie d'un homme qui vient de perdre sa femme et ses enfants dans un accident d'avion mais qui va reprendre pied en enquêtant sur la mystérieuse disparition d'Hector Mann, coqueluche du
cinéma plus de trente ans auparavant. Et le récent Man in the dark est génial aussi. Bref, Paul Auster est génial quoi !


Elizabeth Bennet 29/11/2009 14:50


Waaahhh ça me donne trop envie de lire The book of illusions là ! Effectivement ça a l'air super sympa :)


Allan Dustry 29/11/2009 12:08


Cette analyse donne en effet très envie de le lire. Elle m'évoque en effet l'atmosphère de la Trilogie new-yorkaise, avec cette même totale perte de repères d'un homme. J'ai hâte de le lire!


Elizabeth Bennet 29/11/2009 13:15


Premier commentaire de mon oncle préféré ! Ca se fête ! Et on pourra faire un échange, si tu veux, vu qu'il faudrait que je m'attaque à la Trilogie un de ces jours !

Bizoox


Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche