Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 09:25
Antoine Méliot a tout pour être heureux : une femme ravissante, trois beaux enfants, des amis dévoués et fidèles, une jolie maison dans les Yvelines décorée avec goût, une bonne voiture, une cuisine équipée et une belle situation. En ce mois d'octobre, veille de son anniversaire, il s'est donné un week-end pour saboter sa vie et son bonheur : l'amour fou qui l'unit à sa femme et ses enfants, mais aussi toutes les relations qu'il entretient de longue date avec ses meilleurs amis. Deux jours pour détruire toute son existence - et accessoirement, celle des autres avec. Lorsqu'il rentre ce vendredi à la maison, il s'apprête à tout avouer à Cécile, sa femme, mais il est pris de court par un événement imprévu : une amie a téléphoné à Cécile pour lui révéler qu'Antoine la trompe avec une certaine Marion, et lui tient la main dans des cafés parisiens... Dès lors rien ne va tout à fait se passer comme prévu, et la destruction annoncée est en marche.

   S'il y a des vérités qui dérangent, il y a des romans qui ne laissent pas indifférent non plus. A première vue, on ne peut qu'être horrifié de l'attitude destructrice de cet homme qui fait le plus de mal possible à ceux qu'il aime, allant jusqu'à battre ses enfants, violer sa propre femme et frapper ses amis d'enfance. Pourtant, l'auteur nous montre par moments le même homme, éperdu d'amour pour sa famille, pleurant intérieurement chacun de ses gestes, regrettant chaque mot dur, chaque insulte, rongé par cette effroyable vérité qui le pousse à agir ainsi mais qu'il ne peut leur révéler pour l'instant. Toute l'oeuvre s'organise ainsi entre le premier et le dernier chapitre, qui se font magnifiquement écho. Alors, oui, on peut trouver ce roman malsain, détestable, répugnant. On peut aussi arrêter de jouer les bégueules et accepter ce genre de livre, qui fait réfléchir par sa cruauté à priori gratuite, et qui n'est somme toute pas beaucoup plus dérangeant qu'un journal télévisé. D'autant que le style en est aiguisé, extrêmement travaillé, avec des personnages crédibles, cohérents, à la psychologie intéressante, et pas seulement le héros. Une excellente analyse des rapports hypocrites qui unissent les êtres, notamment en amitié, avec tous ces petits travers et cette mauvaise foi qu'on se pardonne bien gentiment. Le héros avait décidé d'aller jusqu'au bout de son entreprise destructrice, et il faut lire ce roman jusqu'au bout, malgré le dégoût qu'il peut inspirer par moments, pour en apprécier la qualité, et aller jusqu'à la dernière page pour en tirer paradoxalement la leçon de vie qui s'impose alors au lecteur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche