Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 22:33

Le jour de son 53e anniversaire, le Docteur Frederick Starks, psychanalyste de renom, installé depuis des années à New York, reçoit une étrange lettre composée de ces mots aussi menaçants qu'énigmatiques : "Heureux 53e anniversaire, docteur. Bienvenue au premier jour de votre mort". D'abord décontenancé, Ricky Starks se met très vite à prendre cette lettre au sérieux, lorsqu'un homme se faisant appeler Rumpelstiltskin menace explicitement de tuer l'un après l'autre les membres de la famille du thérapeute, à moins que celui-ci ne se suivide ou ne parvienne à découvrir l'identité de son ennemi et les raisons de sa haine. Rumpelstilstkin est loin d'être du genre à plaisanter, et il semble prendre un malin plaisir à détruire minutieusement la vie de celui qu'il a décidé de prendre pour cible : l'un des patients de Ricky se jette sous un métro, alors qu'il ne présentait aucune tendance suicidaire ; une jeune femme, qui prétend être une ancienne patiente du docteur Starks, porte plainte contre lui pour viol ; ses comptes bancaires sont vidés, apparemment sur son ordre, et son appartement est détruit par une gigantesque inondation. Désormais, le temps de Ricky est compté, et pour parvenir à découvrir le nom de Rumpelstiltskin dans le délai imparti, il va devoir se livrer à sa propre analyse et accepter de voir s'effondrer tout ce qu'il a bâti pour pouvoir repartir de zéro...

 

Avec ce roman, John Katzenbach vous entraîne dans une séance d'analyse démesurée durant près de 700 pages et, comme chez les bons analystes, on ne voit pas le temps passer. Ce thriller est en effet d'une efficanalyste.jpgacité redoutable, nous plongeant, avec Ricky, dans le jeu cruel et angoissant concocté par Rumpelstitskin et ses deux acolytes, la flamboyante Virgil et l'exaspérant Merlin. Le rythme est soutenu, les chapitres et les bouleversements s'ench aînent, à mesure que la tension augmente, à l'approche de l'expiration du délai fixé au thérapeute. La construction du récit est parfaitement maîtrisée, dans un jeu du chat et de la souris qui va trouver un second souffle après un rebondissement inattendu, nous entraînant avec le docteur Starks dans une course-poursuite machiavélique où tous les coups sont permis. Les personnages sont particulièrement soignés, et les multiples jeux d'identité ne font que brouiller les pistes et accroître en permanence le suspense. Loin des polars désormais trop calibrés de Coben, Grangé et autres, Katzenbach nous plonge dans une intrigue vertigineuse qui nous change des habituels tueurs en série aux délires pseudo-ésotériques. La métamorphose progressive du héros est l'un des atouts majeurs de ce livre, qui décrit finalement comment un homme que tout semblait accabler et qui paraissait réduit à la dernière extrémité trouve le courage et l'intelligence de se révolter contre son bourreau, quitte à échanger pour un temps les rôles du chasseur et du chassé. Malgré quelques (rares) longueurs, la narration est rondement menée et l'intérêt du lecteur ne faiblit pas, dans cette variation pleine de talent sur l'histoire du comte de Monte-Cristo. Un polar qui vaut vraiment le détour, et qui vous garantit de nombreuses heures de frissons et d'angoisse, dans une analyse qui n'a vraiment rien de conventionnel.    4 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Sibylline 09/06/2012 15:22

Tous mes voeux (et encouragements) t'accompagnent!

Elizabeth Bennet 10/06/2012 11:48



Merci, je vais en avoir besoin ! ^^



Sibylline 09/06/2012 09:42

Hou hou, Elizabeth?
Es-tu partie en vacances?

Elizabeth Bennet 09/06/2012 11:57



Malheureusement non, mais je suis en pleine session de révisions pour passer les oraux de l'agrégation, donc je n'ai plus le temps de lire pour le plaisir et a fortiori de poster des critiques...
Je reviens au plus tard dans un mois, quand tout ça sera fini :)



Sam 15/05/2012 23:21

Ravi de voir que ça t'a plu, on dirait que tu l'as pris comme moi, ce qui a emporté ma décision c'est l'évolution du héros, contraint à changer et qui le fait radicalement. L'aspect "ne fais
confiance à personne" est pas mal aussi ^^

Elizabeth Bennet 21/05/2012 21:14



Oui, j'ai beaucoup aimé le renversement des rôles dans la seconde partie (*spoiler inside*), c'est vraiment ce qui donne tout son sel à ce roman, même si l'acharnement de Monsieur R. dans toute
la première partie est bien trouvé et délicieusement machiavélique. 


Bon, pour "Le Fléau", j'attendrai d'avoir fini les oraux par contre, parce que 2000 pages d'un coup ça va peut-être être un peu tendu !



Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche