Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 10:28
Hans-Thomas est un petit garçon ordinaire, qui vit à Arendal, dans le Sud de la Norvège, avec son père "fils de Boche", comme on appelle ceux qui sont nés de père allemand pendant l'occupation du pays, et qui présente la particularité de collectionner les Jokers des jeux de cartes. Sa mère, Anita, est partie lorsqu'il avait 4 ans, car elle voulait "savoir qui elle était". Un jour, par hasard, Hans-Thomas et son père retrouvent sa trace : elle aurait changé de nom et serait devenue mannequin en Grèce. Ils décident d'aller la retrouver pour la convaincre de revenir, et ils se lancent dans un road-trip à travers l'Europe. Mais au détour d'une station service suisse, Hans-Thomas rencontre un étrange nain qui lui remet un petit morceau de verre et les envoie dans un drôle de village du nom de Dorf, où le jeune garçon reçoit du boulanger trois brioches. Or, dans la plus grosse d'entre elles, Hans-Thomas découvre un livre minuscule, qu'il parvient à lire grâce au morceau de verre-loupe que le nain lui a donné. Mais d'ailleurs, comment ce nain pouvait-il savoir qu'il en aurait besoin ? Et cette histoire racontée dans le livre, celle d'un marin échoué sur une île déserte peuplée de cartes à jouer, n'est-ce qu'une pure fiction ? Toutes ces ressemblances entre le livre et la vie du petit garçon ne sauraient être fortuites...

Premier livre du célèbre écrivain norvégien, ce roman entrecroise deux histoires, celle du héros et celle de l'île, qui vont se peu à peu se rapprocher jusqu'à se confondre. A la fois quête de l'identité, quête de la mère et quête de la vérité, ce roman initiatique est assez original : chaque "chapitre" porte le nom d'une carte à jouer, regroupées par famille, le Joker mystere-patience.jpgoccupant une place centrale. A la manière de Lewis Caroll, Jostein Gaarder nous emmène dans un monde parallèle et onirique, où derrière les apparences de conte merveilleux se cachent de véritables réflexions philosophiques, notamment sur l'importance de conserver en toute circonstance un esprit critique, sur le sens de la vie et l'existence ou non d'un destin. De plus, le héros, ce petit garçon au nom si compliqué, est très attachant, et porte sur le monde un regard dénué de préjugés, ce que nous avons peut-être trop tendance à oublier de faire en grandissant... Lui seul peut encore voir la magie qui se cache derrière chaque rencontre, et son père, enfermé dans son alcoolisme et sa collection de cartes à jouer, n'y prête pour sa part aucune attention, mais n'est jamais antipathique, car l'amour sans limite qu'il porte à sa femme lui confère une humanité appréciable et le rend fort touchant. Encore une fois, Gaarder prouve à ceux qui en douteraient encore, déçus peut-être par Le Monde de Sophie, qu'il est un grand auteur, capable d'écrire un conte philosophique extraordinaire, suscitant à chaque page l'émerveillement des lecteurs, petits et grands, car ce roman, comme Alice au Pays des merveilles, présente plusieurs niveaux de lecture, ce qui n'est pas sa moindre qualité. Jamais dogmatique, jamais simpliste non plus, Jostein Gaarder nous fait réfléchir et nous enchante par ses trouvailles, notamment l'allégorie de l'île enchantée, régie par les lois de la patience (jeu de cartes voisin du "solitaire"), qui est bien plus proche de notre monde actuel que nous ne pourrions le croire. En somme, un roman d'une grande beauté, plein de poésie et de profondeur, qui sous ses apparences de conte de fée cache en réalité une oeuvre véritablement philosophique et intelligente.

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Luciole en couleurs 28/01/2010 11:40


C'était un chouette bouquin, plaisant à lire.
J'ai bien aimé le père qui collectionnait les jokers.


morelli 29/10/2014 06:13

bonjour le monde de sophie m avait beaucoup plu alors ne dites pas qu il trop didactique non je voulais juste mettre mon grain de sel je commence seulement celui ci bonne journée a vous passionnés que vous etes

Elizabeth Bennet 28/01/2010 13:49


Contente que tu aies apprécié. Moi aussi j'ai trouvé ça sympa le père qui collectionne les jokers ! Et pour ma part j'ai préféré celui-là au Monde de Sophie, que je trouve un peu trop didactique.


Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche