Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 21:35

Pour tout le monde, il ne fait aucun doute que l'inspecteur Sean McEvoy, de la police de Denver, s'est suicidé, dans sa voiture, d'une balle dans la tête. Pour tout le monde, peut-être, mais pas pour Jack, son frère jumeau, journaliste. Sean enquêtait sur une affaire délicate, le meurtre sauvage d'une jeune fille retrouvée coupée en deux. Depuis des semaines, ses investigations étaient au point mort, et cette enquête semblait le tourmenter de plus en plus, ce qui pourrait expliquer son geste radical. Mais Jack est convaincu qu'il s'agit d'un meurtre maquillé en suicide. En s'intéressant de plus près au mot laissé par Sean avant de mourir, il découvre d'autres suicides étranges commis par plusieurs inspecteurs du pays. Point commun entre eux : tous étaient absorbés par une enquête difficile liée à un meurtre barbare, et tous ont laissé près d'eux une lettre d'adieu inspirée des poèmes d'Edgar Allan Poe. Bientôt, le FBI s'intéresse lui aussi à l'enquête informelle menée par Jack, et c'est un tableau macabre qui se dessine : sans doute l'œuvre du meurtrier le plus impitoyable de tous les temps...

 

Doté d'une construction rigoureuse, d'une galerie de personnages variés et fouillés, d'un scénario original et prenant, Le Poète aurait tout pour s'imposer parmi les chefs-d'œuvre du genre. Malgré un démarrage terriblement lent et poussif, accentué par uneLePoete.jpg traduction parfois lourde et maladroite, l'intrigue se met en place peu à peu, et l'intérêt du lecteur croît à mesure que la traque s'organise. Avec une centaine de pages en moins, le roman aurait trouvé un rythme parfait, alternant moments de tension et chapitres plus détendus, ponctué de rebondissements bien ménagés. Soulignons également qu'en dépit de quelques situations convenues (la liaison attendue entre les deux héros marqués par la vie, les rapports de force entre agents du FBI et policiers locaux...), l'histoire est plutôt innovante, notamment en ce qui concerne le mode opératoire du tueur. L'une des grandes forces de ce thriller réside, outre l'originalité d'avoir pris un journaliste pour héros, dans l'alternance des points de vue, entre enquêteurs et suspect, avant même que ce dernier ne soit d'ailleurs au centre de l'enquête. Et cette façon de nous donner un suspect en pâture n'est évidemment qu'un leurre destiner à distraire le lecteur du véritable coupable, dévoilé à la toute fin du livre par une série de rebondissements successifs à la limite de l'invraisemblance. Car c'est bien ce qui pèche dans ce livre : un dénouement affreusement décevant, où Le Poète est démasqué, sans que ses actes ne soient un tant soit peu motivés par une quelconque explication rationnelle (alors même que d'autres personnages un temps suspectés auraient incarné, eux, de parfaits coupables, avec de vrais mobiles). Un sentiment de frustration qui altère la vision d'ensemble que l'on pourrait porter sur ce thriller de très bonne facture et fort bien écrit, mais qui ne peut décidément prétendre s'élever au Panthéon du genre. 3 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche