Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 22:31
Qui a pu assassiner Jeremy Grove, critique d'art à la plume virulente et entouré d'ennemis, dont le corps calciné a été retrouvé dans son grenier...fermé de l'intérieur ? Les circonstances du drame sont en outre plus que mystérieuses : une chaleur suffocante, une forte odeur de soufre et surtout, une empreinte de pied fourchu, retrouvé au pied du lit... Serait-ce le diable en personne ? La presse locale n'hésite pas à s'emparer de l'affaire, surtout lorsqu'un second cas, tout aussi étrange, de combustion spontanée, est signalé, le doute n'est plus permis. Tous croient que ces meurtres sont l'oeuvre du malin. Tous, sauf l'inspecteur Pendergast, du FBI, et son accolyte D'Agosta, qui se refusent à admettre une hypothèse aussi insensée qu'effrayante...

Un roman construit comme un épisode de 24 heures chrono, mené tambour battant autour de quatre étranges cas de combustion humaine spontanée, menant nos deux enquêteurs de New York à Florence, et notamment sur la piste d'une rencontre entre cinq adolescents, qui auraient conclu un pacte avec le diable trente ans auparavant... L'intrigue, bien que construite sur 700 pages, se déroule à un rythme endiablé, jusqu'à la révélation finale, malheureusement un peu attendue, quoique le modus operandi du coupable soit fort surprenant (et légèrement tiré par les cheveux également !). Si Pendergast se révèle tout en contrastes et en finesse, les autres personnages manquent de profondeur psychologique et deviennent vite prévisibles. La technique d'alternance de points de vue d'un chapitre à l'autre sent le réchauffé. De nombreuses scènes peuvent sembler superflues à la lumière du dénouement. Ce dernier, soit dit en passant, a la facheuse manie de céder à la mode des suites et des séries en nous laissant incertains sur le sort du héros... Agaçant. Sans doute pas le plus approprié pour découvrir ces deux auteurs, dont La Chambre des Curiosités est paraît-il bien meilleur. En somme, un polar plutôt décevant, au style assez monotone, et surtout, complètement dépourvu d'humour ! Preston & Child se prennent beaucoup trop au sérieux et se plaisent trop  à évoquer, subtilement ou non, leur culture dans tous les domaines (musique, peinture, histoire...). Bref, une bonne lecture pour la plage, mais vraiment pas le polar de l'année.

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche