Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 21:31

Tout commence par un mariage. Celui, très attendu, de Cynthia et Adam, jeunes et beaux étudiants. Malgré la chaleur étouffante qui règne à Pittsburg, les demoiselles d'honneur en nage, les invités qui s'évanouissent sur les bancs de l'église, leur mariage reste execeptionnel, réussi et mémorable. A peine rentrés de voyage de noces, Adam entame une brillante carrière dans la finance, grâce à une intuition extraordinaire pour les placements fructueux, tandis que Cynthia occupe ses journées en décorant leur appartement, puis en s'occupant de leurs deux enfants, April et Jonas. Les années passent, et pourtant le temps semble n'avoir aucune prise sur eux : amoureux comme au premier jour, jeunes, riches et beaux, Adam et Cynthia forment le couple parfait. Tout leur réussit, tout leur sourit, même lorsqu'Adam commence à placer des fonds offshore ou à flirter avec le délit d'initiés. Et pourtant, leur famille est comme une forteresse refermée sur elle-même, où l'on vit ensemble sans vraiment se voir, chacun menant son absurde petite existence de son côté. Se sentant supérieurs au commun des mortels sans vraiment l'afficher, ils ont de l'argent à ne savoir qu'en faire, investissent dans des appartements luxueux mais déshumanisés, s'offrent de coûteuses vacances de rêve sans en profiter, et pensent se jouer de cette société matérialiste qu'ils dominent. Pourtant, peu à peu, c'est elle qui les manipule et leur fait perdre tout sens des réalités...

 

Un roman sur des gens amoureux, jeunes, riches et beaux, et à qui il n'arrive même pas de malheur, le pari paraît un peu risqué à première vue. Pourtant, Jonathan Dee s'en sort à merveille, essentiellement parce qu'il parvient à éviter magistralement l'écueil de la caricature qui guettait ces personnages si parfaits et en apparence dénués de tout sens moral.privileges.jpg Cynthia, par exemple, qui a tout au début de la fêtarde séductrice et écervelée, est en réalité une épouse fidèle, attentionnée, une mère modèle et une femme intelligente, sensible et sensée. Bien sûr, certains actes ou réflexions du couple sont dérangeants, voire glaçants, tant ils se réfèrent à ceux d'une classe sociale bien réelle dans notre société actuelle, mais ils interrogent aussi avec finesse nos propres codes moraux et notre propre rapport à l'argent, loin d'être aussi sain qu'on le penserait. On a beaucoup comparé Jonathan Dee, dont c'est le premier roman publié en France, à d'illustres auteurs comme Francis Scott Fitzgerald ou Jonathan Franzen, et cette comparaison n'était pas exagérée : Jonathan Dee a un véritable talent pour peindre notre société, grâce à un regard d'une acuité sans pareille et à un style élégant, jamais ronflant mais délicatement ciselé, sans paraître non plus artificiel. Un travail d'équilibriste permanent entre des personnages et des situations qui paraissent sans intérêt mais sont loin de l'être, une intrigue plus complexe qu'on ne pourrait le croire de prime abord, et une écriture subtile et profonde à la fois. Un roman remarquablement intelligent, très bien écrit, et qui dresse le portrait lucide et cynique d'une Amérique prisonnière de ses contradictions, de ses espoirs et de ses mythes. 4 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche