Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 13:58

Qu'adviendrait-il si cette guerre nucléaire tant redoutée se produisait réellement ? Si des dizaines de bombes atomiques explosaient au même moment au-dessus des grandes capitales, anéantissant toute vie sur terre ? C'est le sujet, à forte dominante post-apocalyptique, dont Robert Merle s'empare avec maestria, décrivant le quotidien d'un petit groupe de rescapés, menés par celui qui s'impose rapidement comme leur "chef", Emmanuel. Au moment où les bombes ont vraisemblablement explosé, ils se trouvaient dans la cave du château de ce dernier, Malevil, ce qui les a protégés de l'étouffante vague de chaleur qui a détruit toute forme de vie à l'extérieur. Ce petit groupe s'organise rapidement : aux amis d'enfance, Colin, Meyssou, Peysonnier, s'ajoutent Thomas, le jeune instituteur, La Menou, gouvernante du château, et son fils, Momo, attardé mental. Par miracle, il reste encore à Malevil quelques bêtes épargnées par le souffle des explosions. Après l'abattement du début, un nouvel espoir renaît avec la réapparition du soleil, qui permettra à la végétation de se reconstruire tout doucement, et donc à nos héros de récolter des céréales. Mais les survivants de Malevil comprennent bientôt qu'ils ne sont sans doute pas les seuls à avoir échappé aux ravages de "l'événement", et que ces autres rescapés ne seront peut-être pas aussi pacifiques qu'eux, ou qu'ils convoiteront même leurs rares ressources... Et en effet, un peu partout autour de Malevil, divers groupes de survivants s'organisent également, prêts à tout pour conquérir le château, et nos héros auront bien des ennemis à affronter, y compris au sein même de leurs rangs, où les convoitises, les petites rancoeurs, l'indiscipline, les peurs et les désirs se font jour...

 

Roman à mi-chemin entre la science-fiction et la robinsonnade, Malevil séduit par son originalité, ses personnages, son intrigue, son style. Originalité tout d'abord, car il s'agit de l'un des premiers romans d'anticipation, et met en scène des personnages qui ont tout à reconstruire, dans un monde qui ne connaît plus le travail manuel depuis que les machines ont remplacé les outils : construire une charrue, dresser un cheval au labour, semer, récolter, sont autant de petites victoires sur l'adversité et sur le néant laissé par "l'événement". Ce roman est aussi une formidable leçon d'amitié : malgré les difficultés, malgré les dissensions internes, malevil.jpgmalgré les ennemis chaque jour plus nombreux à vouloir s'emparer de Malevil, le petit groupe reste soudé, prêt à défendre "son" château les armes à la main. Robert Merle pousse même la réflexion jusqu'aux problèmes de morale induits par cette forme de vie primitive : comment empêcher les tensions, les désirs et les pulsions de naître, lorsqu'il n'y a qu'une femme pour huit hommes ? Comment empêcher les pillards d'attaquer le château sans enfreindre la loi universelle qui proscrit le meurtre ? Comment instaurer une discipline dans un monde où toute forme d'organisation a disparu ? A toutes ces questions, et à bien d'autres encore, Merle apporte une réponse, et construit son roman sur une intrigue pleine de suspense et de rebondissements, pleine d'humour également, écrite dans un style fluide et agréable qui fait se succéder tout naturellement les moments forts (entrée en scène d'un nouveau personnage, combat contre les pillards, crainte d'une nouvelle attaque...) et les scènes plus calmes du roman, par exemple lorsque Emmanuel organise les veillées autour de la cheminée, lisant la Bible à des hommes qui ont tout perdu et se sentent terriblement proches des hommes évoqués dans la Genèse... Les personnages,  avec des caractères complexes et particulièrement bien construits, sont très attachants, et leurs aventures passionne un lecteur qui se prend également au jeu, et se voit presque comme le compagnon d'infortune de ces quelques rescapés qui tentent de reconstruire un présent pour bâtir, jour après jour leur futur, et celui de leurs éventuels descendants. Un véritable chef-d'oeuvre qui exalte les nobles valeurs de l'âme humaine (humilité, amitié, partage, compassion) et qui se savoure à chaque page.    4 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Samuel 30/09/2010 14:45


Wow, ça a l'air vraiment super, il se trouve facilement en librairie ?


Elizabeth Bennet 01/10/2010 10:06



Oui, surtout que c'est le roman le plus connu de cet auteur, donc à priori il est dans toutes les bonnes librairies !



Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche