Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 10:54

Clay, adolescent appartenant à la jeunesse dorée californienne, revient passer un mois de vacances à Los Angeles, après être parti s'enterrer pendant plusieurs mois dans le New Hampshire pour ses études. De retour chez lui donc, Clay retrouve ses divers amis et connaissances, son dealer, sa petite amie, Blair, pour qui il n'est plus très sûr d'éprouver des sentiments, mais avec qui il n'a jamais pris la peine de mettre les choses au point, ses parents, égoïstes et toujours absents, ses soeurs, frivoles et stupides... Tout un petit monde dans lequel il a ses habitudes et avec lequel il se sent dans son élément. Désormais, les jours se suivent et se ressemblent, cocaïne en guise de petit déjeuner, coups de téléphones aux amis, sorties au bar ou au cinéma, et soirées décadentes qui s'enchaînent jusqu'au bout de la nuit... Le tout copieusement arrosé d'alcool, de sexe et de drogues, seuls moyens de tromper l'ennui viscéral qui s'est installé dans la vie de ces adolescents sans repères ni limites. Rien ne les intéresse, ils semblent ne vivre qu'au jour le jour, leurs principales préoccupations se limitant à savoir où et quand il pourront acheter leur prochaine dose de drogue, et comment ils emploieront leur soirée. Et en cas de petit coup de blues dans la journée, ils allument MTV, prennent un Valium et se font un nouveau rail de coke, histoire de chasser les soucis pour un temps...

 

Quel ennui, mais quel ennui ! Les personnages s'ennuient, l'auteur s'ennuie, le lecteur s'ennuie... On dirait du Gossip Girl version californienne, en plus trash, plus glauque et moins drôle. Ici, point de rebondissements, de suspense, même minime, tout n'est que dialogues creux, personnages sans intérêt et remarques inutiles. On se perd en considérations futiles, tandis que les personnages ne prennent jamais la peine de se pencher sur les vrais problèmes, se bornant à constater l'ennui profond dans lequel ils se trouvent plongés, et que seuls les pires excès moins que zéroparviennent encore, pour un moment, à briser. L'ensemble est agaçant au possible, avec un héros nombriliste, narcissique, complètement ahuri, qui n'arrive pas à mettre ses trois neurones bout à bout pour réfléchir avec un minimum de profondeur au sens de sa vie, à la débauche qui l'entoure, aux influences pernicieuses de ses amis... De quoi énerver passablement le lecteur, qui ne s'identifie jamais à ce personnage égoïste et vain. On prie pour qu'il se passe enfin quelque chose, pour que le narrateur arrête d'accumuler les scènes répétitives (soirées, défonce, sexe, discussions absurdes), pour que les personnages se réveillent et fassent quelque chose d'intéressant. Las ! Ce roman est aussi creux que les personnages qu'il cherche à dénoncer, et ne parvient jamais à capter l'attention du lecteur, qui ne souhaite qu'une chose : que le calvaire s'arrête enfin. Le style est volontairement minimaliste, la traduction épouvantable (avec de nombreuses fautes de syntaxe impardonnables), et jamais on ne ressent la moindre empathie pour ces pauvres adolescents issus de la jeunesse dorée qui n'ont rien d'autre à faire qu'à contempler le vide intersidéral de leur existence. Ajoutons que le livre, comme tous les romans de Bret Easton Ellis d'ailleurs, semble être sponsorisé par MTV, tant la chaîne est citée régulièrement dans le roman, comme si l'auteur ne connaissait que celle-là. On a souvent comparé ce premier roman, soi-disant "halluciné", à L'attrape-coeurs de Salinger (encore un prétendu chef-d'oeuvre qui ne mérite absolument pas le succès populaire qu'il a remporté), mais dans ce dernier, au moins, il y avait un minimum d'intrigue et de rebondissements. Ici, rien, le néant complet, rien que des suites de phrases vides alignées sur les pages comme pour faire du remplissage. Quant il s'agissait de peindre l'ennui et le vide de l'existence, Proust, lui, avait du talent, là où Bret Easton Ellis n'a rien que du vent. La pique est facile, mais "moins que zéro", c'est la note que ce roman méritait.    0,5 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Bru' 11/12/2012 01:05

Euh bah si, L'Attrape-Coeur est un chef d'oeuvre, et je crois que vous avez du mal à cerner ces deux livres.

Elizabeth Bennet 11/12/2012 22:18



C'est fort possible. Mais en ce qui me concerne, je n'ai aimé ni l'un ni l'autre, et je trouve que leur réputation est un tantinet exagérée. Mais ce n'est que mon humble avis.



Bret 04/04/2011 16:00


Je comprends que le livre puisse ne pas plaire (surtout dans sa traduction française), mais je crois que tu n'as pas vraiment saisi son sens : toute sa profondeur repose justement sur ce portrait
du vide et de l'ennui qu'il dresse.

Evidemment, puisqu'il nous plonge totalement dans l'esprit de son narrateur (comme dans tous ses autres romans, ce qui n'est pas sans rappeler un auteur comme Robbe-Grillet, version "pop"), la
plupart du travail d'interprétation et d'analyse revient au lecteur.

Je ne sais pas s'il y a particulièrement besoin de s'identifier au personnage "difficile" de Clay (mais peut être moins difficile que le psychopathe yuppie Patrick Bateman dans "American Psycho" ou
le top-model ignare et manipulé Victor Ward dans "Glamorama") pour voir la réelle profondeur de ce roman, mais il faut certainement une certaine empathie, accepter que ces personnages aussi
puissent avoir une certaine "crédibilité littéraire".

Je pense qu'ils en ont, dans leur modernité et le portrait qu'ils dressent (de manière extrêmement déformée: à nous de savoir bien le regarder) de la société ultra-contemporaine.

Très bonnes critiques et très bon blog malgré tout! ;)
Bonne continuation!
Amitiés.


Elizabeth Bennet 07/04/2011 21:11



Non, j'ai bien compris que c'était là le but recherché par l'auteur, simplement je n'ai pas été convaincue. Je suis malheureusement restée complètement étrangère à tout ça, je n'avais qu'une hâte
: qu'il se passe enfin quelque chose !


Mais qui sait, peut-être qu'à la faveur d'une nouvelle tentative, par exemple avec American Psycho, je me réconcilierai avec BEE :)


A bientôt et merci pour ce commentaire.


EB



Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche