Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 10:04
Le vieux professeur Sérébriakov, pseudo-intellectuel hypocondriaque et vaniteux, est venu se retirer à la campagne, dans la maison de sa première épouse, en compagnie d'Elena, sa nouvelle femme, séduisante mais inutile. L'arrivée du couple va perturber le quotidien paisible de Sonia, fille du professeur et de sa première femme, et d'Oncle Vania qui exploitent tant bien que mal le domaine depuis des années afin d'envoyer tous leurs revenus à l'égoïste professeur. Bientôt, l'attention des proches va se cristalliser autour d'Elena, qui fait tourner bien des têtes, dont celles du médecin de campagne, Astrov, dégoûté de son métier, et celle de Vania lui-même. Les tensions s'accroissent, d'autant que Sonia est éperdument amoureuse d'Astrov, qui ne lui accorde pas un regard. Les vieilles rancoeurs ressurgissent, le règlement de comptes -à coups de pistolets ou de paroles- n'est plus très loin...

 Une réflexion très intéressante sur le bonheur et les conditions de celui-ci. Tous les personnages s'interrogent, au cours de cette pièce écrite de main de maître, sur la possibilité d'atteindre ou non cet idéal. Les rares moments d'espoir et de joie sont suivis de vania.jpgpériodes d'abattement et de détresse, où chacun est renvoyé à la vacuité de son existence et à sa solitude : le dégoût d'être laid, vieux, malade, l'ennui d'habiter dans une petite ville de province où jamais rien ne se passe, le désespoir de travailler comme un forcené sans jamais s'attirer la moindre reconnaissance, la douleur d'aimer sans retour possible... Bien sûr, parfois, les personnages se révoltent : surgit la tentation du meurtre, celle du suicide... Mais très vite, tout cela se révèle vain. La vie reprend ses droits, amère et crue, ennuyeuse et monotone. C'est là tout l'intérêt des pièces de Tchekhov : montrer la réalité des hommes qui dans leur quotidien ne sont pas de grands héros tragiques, prêts à se tirer dessus ou à faire de grandes déclarations d'amour enflammées... Les héros de Tchekhov sont des gens simples, avec tous leurs défauts (alcoolisme, égoïsme, mauvaise foi...), et paradoxalement, c'est en cela qu'ils parviennent à nous toucher davantage, en ce qu'ils nous ressemblent et nous renvoient, nous spectateurs, aux conditions de notre propre bonheur. Le dénouement, tout en simplicité, sans transports ni effusions, constitue le véritable drame : même si des éléments perturbateurs chamboulent notre quotidien, très vite chacun reprend le cours de son existence, dans la résignation et la douleur. Rien n'a réellement changé, si ce n'est que cette fois le bonheur est définitivement placé au rang des illusions. C'est sans doute l'unique leçon à tirer de cette pièce magistrale, remarquablement servie par une traduction fidèle et précise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Allan Dustry 20/12/2009 17:37


Très belle analyse, chère Elizabeth. Encore une oeuvre que mets dans ma sélection personnelle pour ma future retraite!
Bien à vous,
Allan


Mark Darcy 12/12/2009 21:01


Me connaissant?
A ma décharge... Je trouve ça très drôle!


Elizabeth Bennet 13/12/2009 19:52


C'est malin ça, monsieur le subtil !


Mark Darcy 11/12/2009 16:07


Diable, j'aurais du avoir lu votre belle critique au moment où je passais mes concours, j'aurais ainsi épaté mes jurys!
Très belle critique, et très belle pièce dont je recommande bien entendu la lecture.
Continuez ainsi!
Mark.


Elizabeth Bennet 11/12/2009 16:20


Merci pour ces compliments, Mark. Comme vous avez pu le voir, je me suis empressée de corriger cette horrible faute d'orthographe sur le nom de Tchekhov, qui malheureusement était récurrente dans
mon article. A ma décharge, je dois dire que mes études de grec me font considérer la règle sur la dissimilation des aspirées comme une constante en linguistique. Mais manifestement, les Russes
n'en font qu'à leur tête ! D'ailleurs, vous connaissant, ça ne m'étonne qu'à moitié.
Au plaisir, mon cher !
EB


Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche