Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 16:31

Du chef d'oeuvre de Jane Austen, Seth Grahame-Smith a repris l'essentiel : la famille Bennet, ses cinq filles à marier, son père de famille érudit et taciturne, sa mère sotte et bavarde, et ses nouveaux voisins, Mr Bingley et Mr Darcy. L'un est aussi aimable et plaisant que l'autre est hautain et désagréable. Commence alors un joyeux ballet d'intrigues amoureuses : Jane, l'aînée des soeurs Bennet, saura-t-elle amener Mr Bingley à lui avouer son amour, alors que les soeurs de ce dernier semblent tout faire pour les séparer ? Elizabeth changera-t-elle d'opinion quant au sinistre Mr Darcy, qui semble aussi fier et entêté qu'elle et qui prend un malin plaisir à l'aiguillonner de multiples piques ? Les soeurs cadettes Kitty, Lydia et Mary, arrêteront-elles un jour de courir après les officiers pour s'assagir et prendre exemple sur leurs aînées, belles, bonnes et sensées ? L'intrigue principale est donc bien la même, mais l'auteur a choisi de peupler l'Angleterre de meutes de morts-vivants déchaînés, qui ne pensent qu'à se jeter sur les malheureux habitants pour les dévorer. En ces temps troublés, Sa Majesté a donc fait appel à l'élite guerrière de son pays, parmi laquelle on retrouve, évidemment, les cinq soeurs Bennet, formées en Chine par le moine Shaolin Liu. Et voilà qu'entre deux oeillades, deux soupirs échangés, elles pourfendent joyeusement les zombies qui peuplent le Derbyshire, dégainant leur sabre katana et leur mousquet en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Elizabeth est, comme de bien entendu, la mieux formée au combat, la plus aguerrie et la plus dangereuse, mais aussi la plus tourmentée par ses sentiments à l'égard de Darcy, qui évoluent de jour en jour, et par les troupes d'innommables qui ne cessent d'augmenter dans la région, attirés par toute cette noblesse à la cervelle juteuse...

 

Autant le dire tout de suite, cetteparodie grand-guignolesque du chef-d'oeuvre de Jane Austen n'est rien en comparaison de son illustre modèle. Tout le problème réside en ce que l'auteur contemporain n'a pas voulu sacrifier le texte original (ce qui lui épargnait en outre d'avoir à réécrire une intrigue si bien menée), et a donc choisi d'insérer çà et là, lorsque l'occasion s'en présentait, quelques allusions aux zombies ou à l'entraînement aux arts martiaux de ses héroïnes. Hélas, faute d'avoir choisi entre le respect du texte original et la parodie assumée, le livre perd en intérêt de page en page : le style de Jane Austen est certes préservé, mais les passages de combatorgueil-prejuges.jpgcontre les morts-vivants, ou les remarques des héroïnes sur les innommables apparaissent dès lors complètement déplacés, et tout le côté parodique du texte nouveau, réduit à la portion congrue, est complètement absorbé par le texte original, mieux écrit et bien plus convaincant. Pourtant, l'idée de départ était plutôt bonne, et à moins que l'on ne voue à Jane Austen un culte absolument démesuré, elle pouvait faire sourire : mettre les soeurs Bennet aux prises avec des hordes de zombies, en plus de leurs déboires amoureux, semblait audacieux, intéressant, et même plaisant, pour les amoureux du genre. Mais hélas, elle est si mal exploitée que les interventions de Seth Grahame-Smith en deviennent risibles et parfois franchement agaçantes, tant elles sont mal reliées au reste du texte et semblent surgies de nulle part, ne respectant ni le style de Jane Austen, ni le contexte historique et social de l'oeuvre : on pouvait, à la rigueur, accepter de voir des meutes de morts-vivants s'en prendre à l'Angleterre, mais de là à faire avaler au lecteur que les filles Bennet aient été formées aux arts martiaux par un maître Shaolin, allant jusqu'à se faire construire un dojo dans leur modeste maison, cela en devient ridicule. A tel point que Mr Bennet, personnage au caractère intéressant et aux remarques si savoureuses dans la version originale, passe son temps, au lieu d'étudier sagement dans sa bibliothèque, à astiquer son mousquet, et que l'héroïne, Elizabeth, sacrifie toute sa formation intellectuelle, qui faisait justement le bonheur de son père dans la version de Jane Austen, pour faire montre d'une vulgaire maîtrise du combat, ce qui fait pencher de nombreuses scènes plutôt du côté de Kill Bill que des récits de zombies. Tout cela est bien dommage, car l'on en vient à maudire les passages ajoutés ou réécrits, qui dénaturent complètement le propos de Jane Austen, sans rien apporter de subversif ou de drôle, ce qui est tout de même le comble pour un livre qui se donne à lire comme une parodie.       1 étoile

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Mark Darcy 15/11/2010 11:37


Très chère Elizabeth, permettez-moi de vous contredire.
Il me semblait qu'Alexandre Aja, s'était reconverti dans le tournage de spring break: on s'éloigne du sujet!
Quant à Angie, il est vrai que sa prestation de Lara Croft était assez impressionnante! Si je peux jouer Darcy, cela ne pose pas de problème...
Veuillez accepter, à défaut de mes MST, mes respects de pourfendeur d'innommables (et là encore, toute référence à vous savez qui serait déplacée)!

Mark


Mark Darcy 10/11/2010 09:02


Tiens! Je n'en reviens pas d'avoir manqué cette critique. Alors comme ça, Elizabeth Bennet serait une sorte de Buffy entraînée par des moines Shaolin, et massacrant allègrement des hordes de
zombies affamées. Très bien. Je n'aurai pas de question sur la santé mentale de l'auteur, simplement si Elizabeth Bennet passe son temps à casser des crânes, qu'en est-il du pauvre Mark Darcy? Se
transforme-t-il en zombie (je suppose que ces cochonneries sont contagieuses...)? va-t-il y avoir un nouveau Bridget Jones adapté de ce livre, réalisé par Robert Rodriguez par exemple? J'adorerais
voir Renée Zellweger dans un film de zombie?

Fidèlement vôtre,
Mark.


Elizabeth Bennet 12/11/2010 17:44



Rassurez-vous mon cher Mark, votre héros s'en sort avec les honneurs, puisqu'il est lui aussi un pourfendeur d'innomables hors pair, ce qui l'amène d'ailleurs à combattre contre miss Bennet, puis
à ses côtés (comme c'est touchant !). De plus, à tout hasard, je vous prierai de ne pas confondre la zombification et les MST question contagion, cela pourrait vous servir. On n'est jamais trop
prudent. Et il pourrait fort bien y avoir une adaptation cinématographique de ce roman, pour ma part j'y verrai plutôt Alexandre Aja aux commandes, avec Angelina Jolie dans le rôle-titre. Ou pas,
finalement.


Zombiement vôtre,


EB



Alice 07/11/2010 21:25


Bien que je sois attirée par tout ce qui tourne autour de Jane Austen et qu'une parodie ne me rebute pas du tout, je n'ai pas encore réussi à me décider à lire celle-là. Ton commentaire me conforte
dans ma décision. Du moins pour le moment parce qu'il faudra bien que je finisse par me faire ma propre opinion :(


Elizabeth Bennet 08/11/2010 09:19



C'est un roman qui reste divertissant, mais certes pas le bouquin à dévorer immédiatement. Tu me diras ce que tu en penses quand tu auras décidé de t'y mettre !


EB



Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche