Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 19:02

La Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Josephine Linc. Steelson, "négresse depuis presque cent ans", l'a sentie dès qu'elle a ouvert sa fenêtre, ce matin. La tempête. La chienne, comme elle l'appelle. Elle a vu juste : quelques heures plus tard, un terrible ouragan est annoncé. Aussitôt, les habitants se mettent à fuir la ville. Tous ? Non : les Blancs, les riches, les privilégiés, qui s'entassent avec leur famille dans leur voiture avant de rejoindre les embouteillages monstrueux qui engorgent la seule autoroute partant de La Nouvelle-Orléans. Les autres, les Noirs, les laissés pour compte, qui n'ont pas les moyens de quitter la ville ou ne veulent pas abandonner leur maison, se calfeutrent comme ils peuvent chez eux. Pendant ce temps, Keanu, seul dans sa voiture, se dirige vers le cœur de la tempête, pour retrouver Rose, qu'il a laissée derrière lui il y a six ans, pour aller travailler sur une plate-forme pétrolière. Il espère ainsi redonner un sens à son existence, bouleversée par la mort accidentelle, sous ses yeux, d'un de ses collègues, mais il ignore si Rose est toujours vivante, si elle l'a attendu, si elle s'est mariée... Ne serait-il pas à la poursuite d'un fantôme ? La tempête se met à déferler sur la ville. Livrée à elle-même, la nature se déchaîne, et les passions s'exacerbent : qui se montrera le plus humain, entre le curé de la ville, qui accueille dans son église tous les miséreux, et les prisonniers confrontés à l'inondation progressive de leur cellule ? La réponse n'est pas aussi évidente qu'on pourrait le croire, car le chaos bouleverse aussi bien les âmes que les édifices...

 

Chaque roman de Laurent Gaudé est une invitation au voyage et à la découverte, une ode à l'humanité, une aventure bouleversante. Celui-ci ne déroge pas à la règle, et nous emmène en Louisiane, dans le sillage de l'ouragan Katrina, qui n'est jamais nommé, comme pour donner au roman une portée universelle et intemporelle. Comme à son habitude, Gaudé ouragan.jpga particulièrement soigné l'élaboration de ses personnages, qui se retrouvent confrontés, au cœur de la tourmente, à leur propre histoire, à leurs propres démons, à leurs propres passions. Tour de force supplémentaire : chacun possédant une façon de s'exprimer très personnelle, Gaudé parvient à passer d'un locuteur à un autre au sein d'une même phrase-fleuve, sans que jamais le lecteur ne se sente perdu dans une cacophonie énonciative ; au contraire, l'ensemble constitue un roman choral parfaitement maîtrisé, où les voix des narrateurs se mêlent et se superposent, chargées d'émotion et de poésie. L'écriture est sublime, comme toujours avec cet auteur à la plume subtile et délicate, avec de vrais jaillissements lyriques et presque incantatoires. Le rythme est haletant, marqué par l'arrivée progressive et le passage de l'ouragan, et le suspense présent d'un bout à l'autre : des habitants qui se barricadent aux vagues de pillages consécutives au cataclysme, le tempo ne faiblit pas, et les personnages dévoilent peu à peu leur vraie nature. Certains trouveront peut-être le roman un peu court, mais en moins de deux cents pages, tout est dit : Gaudé a suffisamment de talent pour réussir à donner toute sa force à cette écriture condensée, là où d'autres auraient choisi de s'épancher pendant des dizaines de pages. Un livre éblouissant, qui prend aux tripes, à l'instar de ces alligators affamés qui, sortant des bayous, déferlent sur la ville après la tempête, comme si la nature n'en finissait pas de reprendre ses droits sur l'homme qui l'a tant oppressée.   4, 5 étoiles

 

Découvrir aussi, du même auteur,  Dans la nuit Mozambique, Le soleil des Scorta et La mort du roi Tsongor

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Mimi des Plaisirs 14/09/2012 18:20

Je partage votre enthousiasme sur ce roman de Gaudé.
J'avais fait une chronique il y a quelque temps sur ce livre qui m'avait impressionnée avec d'autres approches: elle est encore sur mon blog si vous souhaitez la lire.
Cordialement.

Elizabeth Bennet 18/09/2012 22:35



Avec plaisir ! A bientôt :)



Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche