Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 23:02

Depuis sa naissance, Jack n'a connu pour seul horizon que les quatre murs de la petite chambre où il vit avec sa mère. Du monde qui l'entoure, il ne connaît que ce qu'il voit à la télévision, sans comprendre encore que ces images proviennent d'un monde réel, et ne sont pas des fictions au même titre que les aventures de sa copine Dora l'exploratrice.
Aujourd'hui, Jack a cinq ans, et des millions de questions qui l'assaillent, auxquelles sa mère ne peut pas toujours répondre, coincée par les limites étriquées de ce monde sur-mesure qu'elle lui a fabriqué. Elle le sait, elle ne pourra pas l'entretenir éternellement dans l'illusion d'une vie normale. Mais comment trouver les mots pour lui expliquer toute l'horreur de cette situation ? Son enlèvement, cette réclusion forcée depuis des années, et les visites nocturnes de cet être immonde que l'enfant appelle Grand Méchant Nick ? 
Peu à peu, une idée germe dans son esprit. Une idée folle, suicidaire peut-être, mais qui constitue le seul espoir auquel elle se raccroche : faire évader Jack, par n'importe quel moyen, quitte à risquer sa propre vie...

 

Évidemment, à l'origine, il y a un fait divers. Sordide, glaçant, épouvantable. Le kidnapping d'une adolescente, sept années de séquestration et de viols répétés, la naissance d'un enfant maudit. Mais à l'arrivée, Room est tout autre chose. Un roman poignant, déroutant, étourdissant.

room.jpgEt pourtant, les premières pages sont loin d'être convaincantes, en raison du point de vue adopté. La narration à hauteur d'enfant est certes un parti pris original et intéressant, mais aussi extrêmement périlleux. En effet, le lecteur devra s'armer d'une bonne dose d'abnégation pour faire fi des "Monsieur Placard", "Petit Dressing" et autres "Madame Télé", sans parler des séances d'allaitement biquotidiennes dont l'auteur nous gratifie à grands coups de "Doudou-Lait", et qui agacent par leur redondance.

Mais passé l'énervement initial, on se laisse peu à peu entraîner dans le monde un peu spécial de Jack, un univers qui n'a rien de féerique, malgré les efforts désespérés de sa mère pour lui dissimuler la triste réalité. La première moitié du roman intrigue et pose les jalons d'un drame à huis clos dont les enjeux sont amplifiés par la naïveté du point de vue ; la seconde nous plonge au cœur d'une question terriblement angoissante : comment vivre "l'après", la liberté soudainement retrouvée, l'immensité du monde extérieur ? 

Car c'est bien de cela qu'il s'agit, et la force de ce roman est bien de nous montrer que rien n'est joué lorsque la séquestration prend fin, mais au contraire qu'un long apprentissage commence, plus difficile encore pour le petit héros qui a tout à découvrir, campant un Enfant sauvage moderne, capable de susciter la fascination la plus morbide et méprisable qui soit.

Porté par une construction solide, une écriture atypique et un habile sens du suspense, ce livre est de ceux qui ne laissent pas indifférent : si Room est avant tout une leçon de survie en deux parties, et dont la plus oppressante n'est pas nécessairement celle qu'on croit, c'est aussi un roman exceptionnel sur l'amour maternel le plus absolu, un amour qui passe sans cesse d'un extrême à l'autre, au gré des réactions souvent imprévisibles du petit Jack, cet enfant de l'ombre à qui l'on ordonne subitement, et sans explication, de devenir grand, autonome et raisonnable. Un enfant qui est un peu, au fond, chacun d'entre nous.  3,5 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche