Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 21:22

Annie, 32 ans, est agent immobilier sur l'île de Vancouver, au Canada. Elle mène une petite vie paisible, entourée de son fiancé, Luc, de meilleure amie, Christina, et de sa chienne. Seuls les rapports avec sa mère lui empoisonnent l'existence : des années auparavant, son père et sa sœur ont perdu la vie dans un tragique accident de voiture. Annie a eu bien du mal à faire son deuil, mais sa mère n'a jamais pu surmonter ce drame et a sombré dans l'alcoolisme. Par un beau dimanche d'août, Annie lance une opération portes ouvertes, afin d'attirer de nouveaux clients. Mais l'un d'eux la menace et l'enlève, avant de l'enfermer dans une minuscule cabane, perdue au fond des bois.

Durant près d'un an, Annie est séquestrée, battue, humiliée, violée. Le "monstre", comme elle l'appelle, lui impose des règles de vie particulièrement strictes, et n'hésite pas à la punir durement lorsqu'elle lui désobéit. Un véritable enfer dont Annie réussit miraculeusement à s'échapper. Pour surmonter le traumatisme, elle accepte de se lancer dans une psychothérapie, même si cela l'oblige à revivre chaque minute de son calvaire. Mais de nombreuses zones d'ombre pèsent encore sur l'affaire, et pour Annie, le cauchemar est loin d'être fini...


 

Vous aimez les thrillers glauques aux fins tordues et aux intrigues alambiquées ? Séquestrée est fait pour vous.

 

Dès les premières pages, le lecteur est happé par l'histoire et le style, haché et percutant. L'histoire est palpitante et l'auteur, ancien agent immobilier, sait parfaitement ménager le suspense. Le parti pris narratif, qui consisteséquestrée à opérer un flash back par le biais des séances de psychothérapie auxquelles Annie se soumet, est original et assez bien trouvé, même si par moments les monologues d'Annie, son agressivité et ses états d'âme deviennent légèrement lassants.

 

La première partie de l'intrigue, qui relate en détail la détention de l'héroïne, est un chef-d'œuvre de sadisme, où le malaise du lecteur s'accroît de page en page, du fait de la violence inouïe dont fait preuve le bourreau d'Annie, en alternant compassion et cruauté, gestes de tendresse et sévices sexuels, flatteries et bassesses. Le summum de l'horreur est en outre atteint lorsque l'héroïne se retrouve enceinte des œuvres de son tortionnaire, et l'on se demande si l'auteur n'aurait pas trop joué la surenchère de ce point de vue.

 

Dans la seconde partie, davantage centrée sur l'évasion d'Annie et l'enquête de police, le rythme est tout aussi soutenu, ne serait-ce que par le syndrome de stress post-traumatique dont souffre l'héroïne et qui l'empêche de reprendre une vie normale. Les relations entre les personnages, parfaitement analysées constituent l'une des grandes forces de ce roman, qui joue sans cesse au chat et à la souris avec une héroïne qui croyait naïvement son calvaire terminé. Et malgré un dénouement un peu tiré par les cheveux et une fin décevante car trop ouverte, ce thriller reste un très bon premier roman, inventif, dérangeant et bien construit.

 

Chevy Stevens fait désormais partie des plumes avec lesquelles il faudra compter, et si tous les agents immobiliers ont le même talent pour l'écriture, on a presque hâte de découvrir le premier roman de Stéphane Plaza. 3,5 étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche