Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 18:32
Nous sommes en 1891. Alors que le monde entier le croit mort et enterré suite à son ultime duel contre le Professeur Moriarty, aux chutes de Reichenbach, Sherlock Holmes décide de retrouver l'anonymat en allant vivre à Paris, où il se fait professeur de violon, bien loin des enquêtes criminelles qui lui pèsent. Lorsqu'il apprend que le prestigieux Opéra de Paris recrute un violoniste, il se présente et se fait aussitôt engager par Gaston Leroux, le chef d'orchestre. Mais il découvre très vite que l'Opéra Garnier est le théâtre de mystérieux événements, liés à une étrange créature que l'on surnomme "Le Fantôme de l'Opéra". Les accidents se multiplient, et Sherlock Holmes, chargé de protéger une jeune soprano, Christine Daaé, n'entend pas se laisser impressionner par ce fantôme de pacotille qui s'amuse à réclamer une rente ou à perturber les représentations lorsque le casting ne lui convient pas. Le voilà lancé dans une véritable chasse à l'homme qui le conduira de l'Opéra au Père-Lachaise, mais sans son fidèle Watson, qui lui aussi pleure sa disparition à Londres.

Il fallait un certain culot pour oser s'attaquer à deux mythes littéraires aussi impressionnants que Sherlock Holmes et le Fantôme de l'Opéra, et du talent pour parvenir à les mêler sans les trahir. Du culot, certes, Meyer en a à revendre, mais pour ce qui est du talent, c'est déjà plus difficile à affirmer. D'accord, il connaît parfaitement l'univers holmesien, et les chapitres qui prennent place dans la résidence secondaire du détective, au coeur du Sussex (eh oui, Baker Streetfantome.jpg ne semble plus avoir ses faveurs), sont cohérents et parviennent à renouer avec les récits de Conan Doyle. Mais toute la partie censée se dérouler à Paris est affligeante de médiocrité, avec un Holmes réduit à n'être que le jouet d'un Fantôme plus malin que lui. Parlons-en, justement, du Fantôme. Ni effrayant, ni attachant, ni intéressant, voilà une double trahison, à la fois de l'oeuvre de Leroux et de la comédie musicale d'Andrew Lloyd Weber. Les personnages secondaires sont complètement vides et inintéressants au possible, entre une Christine qui n'est plus qu'une jeune fille aveuglée par sa naïveté, un Raoul de Chagny encore plus agaçant que d'habitude, mou du genou, vicomte de carnaval et poltron, Mme Giry qui n'est que l'ombre d'elle-même, les directeurs qui se bornent à accuser Holmes d'être lui-même le Fantôme... Gaston Leroux doit faire des saut périlleux dans sa tombe rien que d'y penser, surtout que Nicholas Meyer a eu la délicatesse de lui témoigner son profond respect (et sa profonde gratitude, puisque grâce à lui il a pu s'épargner la peine d'avoir à trouver une intrigue correcte) en faisant de lui le chef d'orchestre de l'Opéra... Ne nous attardons pas sur le style, digne d'un script de téléfilm, ni sur l'intrigue si ténue qu'elle tiendrait sans problème sur un timbre-poste. Le tout est d'une légèreté exaspérante, là où l'on attendrait une tonalité sombre et oppressante, et même la confrontation finale entre les deux héros est convenue, trop brève et nous conduit à un dénouement parfaitement grotesque et même, comme diraient certains, complètement capillo-tracté. En bref, si vous vous intéressez de près ou de loin à Sherlock Holmes et/ou au Fantôme de l'Opéra, lisez plutôt les versions originales, et priez pour que Nicholas Meyer renonce enfin à son "métier" d'écrivain !

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Marc 03/07/2010 23:02


Difficile en effet d'imaginer que ce genre de livre puisse être une réussite.
Lorsque je l'avais découvert en librairie, je l'ai fui rapidement avec un certain sourire.


Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche