Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 22:15

D'un côté, il y a Tom et Ellie, les petits bourgeois du lycée, à l'avenir tout tracé, grâce à la fortune et au réseau de leurs parents. De l'autre, il y a Karyn et Mikey, qui vivent dans une cité minable avec leur mère alcoolique et n'ont aucune perspective d'avenir, si ce n'est la rue et la misère.

Leurs mondes n'étaient pas destinés à se rencontrer. Mais le jour où Karyn accuse Tom de l'avoir violée au cours d'une soirée un peu trop arrosée, c'est leur vie à tous les quatre qui vole en éclats. 

Mikey, employé à la plonge dans un pub de la ville, n'a plus qu'une idée en tête : venger sa petite sœur, sans attendre que Tom soit condamné par la justice. De toute façon, Tom affirme que Karyn était consentante, et en l'absence de preuves concluantes, sa parole aura sûrement plus de poids que celle d'une gamine paumée et désargentée. 

Alors un soir, Mikey s'incruste à une soirée chez Tom, espérant en apprendre plus sur lui et trouver le moment opportun pour se venger. Un peu par hasard, il y fait la connaissance d'Ellie, sans comprendre tout de suite qu'elle est la sœur de son pire ennemi. Timide, bûcheuse, obsédée par sa réussite scolaire, tout le contraire de Mikey. Pourtant, ces deux-là vont s'enticher l'un de l'autre. 

Et bien sûr, arrivera le moment où chacun découvrira la véritable identité de l'autre, et devra affronter un cruel dilemme : protéger sa famille coûte que coûte, ou laisser parler son cœur ?

 

Avouez-le, vous l'avez vue venir à des kilomètres, cette histoire d'amour impossible entre la pauvre petite fille riche et le rebelle au grand cœur. Impossible de s'y tromper : la couverture, le titre, le résumé... Tout est fait pour nous servir une énième variation de Roméo et Juliette, ambiance ghetto contre beaux quartiers, violeurs contre violés.

ToiContreMoi.jpegAu début, on a vraiment envie de s'intéresser à ces adolescents, à leurs problèmes, on aimerait se laisser embarquer dans leur histoire d'amour naissante, dans leurs dilemmes cornéliens, dans leurs liaisons dangereuses... Sauf que le charme n'opère pas, car les personnages sont creux, stéréotypés à l'extrême (la mère alcoolique qui passe ses journées à dormir, le frère courage qui s'occupe de tout et refuse de renoncer à son rêve malgré son échec scolaire, la bonne élève qui s'entiche du caïd, les parents obsédés par leur réputation et l'honneur de leur famille, le bon pote débrouillard...).

Jenny Downham choisit un sujet délicat, le viol des adolescentes, mais ne nous épargne aucun des poncifs attendus : d'un côté la victime prostrée, emmurée dans son silence, souillée, salie, de l'autre les remarques acerbes et  sur sa tenue légère, son maquillage outrancier, son attitude provocante... Et en concluant volontairement son roman avant le verdict final, elle montre que finalement, on se fiche un peu, et elle la première, de savoir si Karyn a réellement été violée ou non. Non, ce qui importe, c'est visiblement l'histoire d'amour entre les deux héros.

Bref, l'auteur cède à la facilité, tant pour la construction de son intrigue que pour le caractère de ses personnages ou l'originalité de ses dialogues. Tout dans ce roman semble fade, insipide, même les sentiments des héros auxquels on ne parvient pas à croire une seconde. La bluette entre Mikey et Ellie n'a aucun intérêt, et même leurs scrupules à manipuler l'autre sonnent faux, sans parler du ridicule de certaines scènes, comme celle où la jeune fille s'offre sur un plateau d'argent à Mikey, rejouant à peu de choses près le viol présumé de la sœur de l'un par le frère de l'autre... Mais l'auteur, trop absorbée par la description de cette étreinte-romantique-sur-peau-de-bête-au-coin-du-feu (véridique) ne semble même pas avoir remarqué ce parallèle, qui aurait pourtant pu être intéressant à soulever, ce qui démontre, si cela était encore nécessaire, l'extraordinaire vacuité de son ouvrage.

Un roman parfaitement dispensable, donc, à réserver à un public amateur des intrigues pauvres et des dialogues plats, mais qui pourra toutefois servir à caler un meuble, si besoin.     1 étoile

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche