Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 10:53
La première chronique narrait l'installation de notre Somptueux Leader à la tête de l'Etat ; la deuxième racontait l'arrivée de la comtesse Bruni dans la vie du Prince ; la troisième se fera un plaisir de vous faire découvrir la troisième année du règne de notre Virevoltant Souverain, marquée, bien entendu, par la fameuse Crise, et par l'arrivée au pouvoir, outre-Atlantique, d'un certain M. Obama, qui fit si grande impression sur notre Sautillant Monarque que sa vie et sa façon de gouverner s'en trouvèrent changées à jamais. Durant cette année, Nicolas Ier prit aussi la direction de la Confédération des Etats d'Europe, et se montra particulièrement époustouflant lorsque le Tzar Poutine décida d'envahir la Géorgie, qui ne lui avait pourtant rien fait. Et que dire de ces visites à la rencontre du peuple, dans des usines fermées pour l'occasion, avec des rencontres d'ouvriers triés sur le volet et soigneusement mises en scène ? Bien sûr, tout n'est pas rose dans la vie de notre Egotiste Majesté : les contestations populaires augmentent, les Etats voisins se rient de lui, M. Obama lui-même ne lui prête aucune attention, malgré tous ses efforts, les colonies se révoltent... Heureusement, le duc de Guaino, ses albums de Tintin (auxquels se résume sa connaissance de la politique internationale) sous le bras, veille au grain...

chronique-copie-1.jpgEnfin, la parution de ce troisième opus des aventures de Nicolas Ier au pays des ploucs ! Il était temps. Quelle joie de retrouver le verbe haut et délibérément satirique de Patrick Rambaud, ses analyses toujours fines et argumentées, ses personnages hauts en couleurs (ne manquez pas une nouvelle description du Duc de Kouchner et de ses sacs de riz, ainsi que celle de la Comtesse Dati qui affiche un sourire photogénique même lorsqu'elle visite une prison où un jeune détenu s'est suicidé...) et son style irréprochable, toujours dans la lignée des grands moralistes du XVIIe ! Un ouvrage que l'on dévore le sourire aux lèvres, même si c'est un sourire un peu désabusé, tant Rambaud voit juste dans les travers du Souverain... Le propos de l'auteur est d'ailleurs encore plus percutant grâce à cette absence de virulence explicite, d'antinicolisme primaire, comme il le dit si bien, précisément parce qu'il a choisi de se concilier le lecteur par un éclat de rire complice. On ne regrette qu'une chose, c'est que ces chroniques ne soient pas hebdomadaires, tant elles apportent un regard ironique et décalé sur les absurdités de la politique actuelle (Rambaud n'épargne personne et n'est pas tendre non plus à l'égard de la Duchesse des Charentes et du Duc de Francfort Cohn-Bendit). Bien sûr, ce ne sont pas des livres que l'on prendra plaisir à relire dans dix ou vingt ans, mais c'est aussi ce qui fait leur force, puisque aujourd'hui nul ne parle plus du scandale que fut en son temps le train de vie du Château, des phrases malheureuses concernant Zapatero ou Merkel, de l'affront fait à la Reine d'Angleterre que Nicolas avait oubliée d'inviter à la commémoration du Débarquement, tant il était obnubilé par Obama... A lire d'urgence, tant que les événements sont encore frais dans notre mémoire, car Rambaud se contente parfois de simples allusions, afin de pouvoir goûter au mieux la saveur de ce pamphlet jubilatoire !

Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

Victor DEL REY 18/01/2010 15:08


J'ai déja lu un livre de cet auteur et j'ai apprécié. Je sens que je vais prendre celui la...

N'hésitez pas à visiter mon blog et ses buts :
http://victordelrey.over-blog.com/
A bientot !!!


Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche