Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 10:11
Famille Malaussène, épisode 3 : Clara, à peine sortie des bancs du lycée, décide d'épouser un fringant quinquagénaire, Clarence de Saint-Hiver, directeur d'une prison modèle, où les criminels se transforment en artistes, écrivains, peintres, musiciens, où encore traducteurs de Virgile en serbo-croate... Benjamin ne s'est pas encore remis de l'annonce de cette union inattendue et, pour la énième fois, a donné sa démission à la Reine Zabo, charismatique directrice des Editions du Talion. Mais très vite, tout part en vrille : le jour du mariage, Saint-Hiver est assassiné dans sa prison, sans doute torturé à mort par ses propres détenus, Clara est inconsolable, et surtout, elle annonce à Benjamin qu'elle est enceinte... Ce dernier, bien décidé à constituer à ce nouveau venu dans la tribu une dot en bonne et due forme, accepte le marché que lui propose la Reine Zabo : se faire passer pour JLB, un auteur de best-sellers qui tient pour l'instant à conserver l'anonymat, lors de grandes campagnes de publicité, d'interviews et de cérémonies publiques destinées à révéler au monde entier le visage du fameux JLB. Mais Julie, ressuscitée d'entre les morts lors de l'épisode précédent, journaliste d'investigation et accessoirement moitié de Malaussène, est loin d'être emballée par ce projet, et la dispute qui s'ensuit entre les deux amoureux aboutit à une rupture aussi imprévue qu'irréversible. Benjamin décide tout de même de jouer jusqu'au bout le rôle qu'on lui a confié mais, bien évidemment, la poisse malaussènienne a encore frappé : lors d'un grand show au Palais Omnisports de Bercy, Benjamin tombe sous les balles d'un sniper embusqué dans le public, atteint en pleine tête. Dès lors, Julie n'aura plus qu'une seule idée en tête : venger coûte que coûte l'homme qu'on lui a volé...

Retour à Belleville en compagnie de la famille la plus déjantée qui soit : les Malaussène. On retrouve avec un plaisir non dissimulé Benjamin, bien entendu, mais aussi Julie, Clara, Thérèse, Jérémy, le Petit, Verdun, Thian, Simon le Kabyle et Mo le Mossi, Yasmina, Amar, Coudrier, Caregga, le Dr Marty... Sans oublier Julius, le chien épileptique aux relents radioactifs. Ce volume nous permet aussi de mieux faire connaissance avec l'imposante Reine Zabo, à qui renvoie le titre du roman, ce tout petit corps de femme sur
marchande.jpgmonté d'une tête gigantesque, passionnée de lecture depuis son plus jeune âge, mais aussi marquée, comme tous les personnages de Pennac, par des blessures secrètes enfouies sous une armure de froideur apparente (NB : l'illustration de la couverture ci-contre ne lui rend pas vraiment hommage !). Ajoutons que cette immersion dans le monde de la littérature et de l'édition est un vrai régal, et permet à Pennac de varier son propos d'un livre à l'autre, en changeant complètement d'univers tout en gardant les mêmes personnages, auxquels il semble arriver, en quelques jours, plus de problèmes et d'aventures extraordinaires que n'importe quel lecteur en une vie entière ! De nouveau, on retrouve l'humour à toute épreuve qui faisait le charme des volumes précédents, le style souple, élancé, convaincant, ainsi que l'intrigue policière originale et pleine de suspense et de coups de théâtre. Alors, certes, le dénouement est aussi invraisemblable que dans les autres tomes de la saga, l'auteur semble tuer son héros pour mieux le ressusciter la prochaine fois (mais, honnêtement, on pouvait s'y attendre, au vu de ses précédents en la matière !), les ultimes rebondissements sont parfaitement incroyables, mais c'est aussi pour cela qu'on aime Pennac, car il s'amuse avec ses histoires et ses personnages autant que nous lorsque nous découvrons, page après page, tout ce qu'il leur fait subir, mêlant comique burlesque, absurde et pathétique d'un chapitre à l'autre, sans jamais se départir, toutefois, d'un optimisme à toute épreuve. Un roman extraordinaire dans tous les sens du terme, et à mon sens le meilleur de la série pour l'instant (il faut dire que la découverte du monde de l'édition et de la reine Zabo n'y est pas pour rien). Alors, comme on dit, vivement la suite !

Voir les précédentes critiques sur la saga Malaussène :
Au bonheur des ogres, de Daniel Pennac
La fée carabine, de Daniel Pennac


Partager cet article

Repost 0
Published by Elizabeth Bennet - dans Critique littéraire
commenter cet article

commentaires

apprendre l'anglais 07/07/2010 10:39


Waw, superbe travail, merci à vous de partager cette astuce, et notez en premier lieu que je partage pleinement ce point de vue... Bref voilà, oui votre travail est vraiment excellent, et
spécialement pour les néophytes comme moi... C\'est mon tout premier commentaire ici et je reviendrai avec plaisir sur ce site !


Mark Darcy 02/05/2010 13:06


Alors d'abord, je ne vois pas vraiment la subtilité dans: les pets du chien sont radioactifs, pas le chien lui-même. Par contre j'avais saisi la différence.
Vous serez bien gentille de laisser mon hérédité là où elle est non mais oh!
Poupougnement vôtre,
MD


Elizabeth Bennet 03/05/2010 10:40



Avez-vous fini de me parler comme à une vieille paire de socques ? Quel affront... Et je vais vous expliquer la différence, môsieur Darcy, en direct live, même.


Héréditairement radioactivement vôtre


EB



Mark Darcy 02/05/2010 00:40


Mais il me semble que je connais cette reine au petit corps, et au gros museau: je dois avoir une vague idée de qui il s'agit. Peach???
Certes, elle n'est pas à son avantage sur la couverture, peut-être est-ce car Julius, le toutou radioactif, a lâché Médor...
Cela m'a tout l'air d'être une série déjantée.

Radioactivement votre,
Mark


Elizabeth Bennet 02/05/2010 12:40



En parlant de petit corps et de gros museau, vous savez à quoi cela me fait penser ? Ah bah... oui, visiblement, vous savez.


Et vous n'avez pas saisi la subtilité, mon cher Mark, ce n'est pas Julius qui est radioactif, mais ce sont ses relents... Tout comme ceux de votre génitrice, d'ailleurs, cela doit être de
famille, comme la pilosité faciale...


Humoristiquement vôtre,


EB



Présentation

  • : Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
  • : Entrez dans le monde des lettres ! Un blog entièrement dédié à la littérature, avec de nombreuses critiques, personnelles et argumentées.
  • Contact

Retrouvez moi sur :

Mon profil sur Babelio.com
et sur
 

Recherche